L'INDUSTRIE NUCLEAIRE

Le tarif de l'électricité va augmenter pour payer les erreurs de nos ingénieurs dans la construction des nouvelles centrales dites EPR où les énormes cuves acier sont fragilisées par la radioactivité. On ne s'est même pas donné la peine de vérifier la résistance des pièces à la radioactivité et aux cycles thermiques!

Yves Brechet, le nouveau patron a passé son temps à écrire l'éloge de Friedel récemment décédé au lieu de s'occuper du problème des cuves de l'EPR.

Les principaux acteurs de la filière nucléaire française ont fait valoir leur point de vue au sujet de la cuve de l'EPR, à l'occasion d'une audition parlementaire. Mais les échanges, particulièrement tendus, ont surtout renforcé les interrogations (http://m.actu-environnement.com/actualites/cuve-epr-flamanville-nucleaire-opecst-audition-24841.html)

LA RECHERCHE NUCLEAIRE

Il y a in siècle Rutherford a découvert le noyau atomique en envoyant des particules alpha électriques sur des feuilles d'or. Ces particules étaient déviées et même réfléchies, prouvant l'existence d'un noyau de l'atome très petit chargé électriquement. En deux semaines, il a calculé la trajectoire de ces particules en appliquant la loi de Coulomb de l'électricité. Plus tard, aux grandes vitesses de ces particules, on s'est aperçu que la loi de Coulomb ne fonctionnait plus. Alors on a imaginé une force nouvelle, la "force forte", accompagnée, pour faire bonne mesure, d'une "force faible". Dans les années 30 on a découvert les moments magnétiques des nucléons. Cela veut dire que la répulsion magnétique pouvait devenir plus importante que la répulsion électrique. L'application de l'électromagnétisme permet de calculer à la fois l'énergie de liaison nucléaire et la diffusion soi-disant anormale de Rutherford. Personne ne l'avait remarqué avant moi. La légende de la "force forte" reste dans la science officielle.

 

La simple application des lois de l'électricité et du magnétisme permet de calculer l'énergie d'au moins les deux noyaux les plus simples:

2H_4He

La diffusion de Rutherford électrique est connue depuis un siècle mais sa soeur dite "anormale",  jamais calculée jusqu'à présent, est tout bêtement magnétique:

LogEn échelles logaritmiques on obtient tout simplement des droites: inutile de chercher midi à quatorze heures.