La mystérieuse "force forte" alias LQCD, à côté de la plaque, disparaîtra comme le géocentrisme grâce à Copernic, Galilée et Képler, le phlogistique grâce à Lavoisier, l'éther grâce à Einstein et le modèle plum-pudding de J.J. Thomson grâce à Rutherford. Les lois de Coulomb et de Poisson sont méconnues des physiciens nucléaires, incapables de calculer même le noyau lié le plus simple, le deuton ou hydrogène lourd ²H, sinon par ajustement ad hoc, fitting… ce qui permet d'obtenir ce qu'on veut. Depuis les Curie, la France n'a plus contribué significativement à la physique nucléaire. Ci-dessous le graphique des potentiels électromagnétiques de ²H et ⁴He donnant, au palier horizontal, comme par hasard, leurs énergies de liaison, prouvant la nature électromagnétique de l'énergie nucléaire.

Equilibre 3_2Un simple raisonnement donne un résultat voisin. L'énergie potentielle électrique de l'hélium 4 (particule α ou ⁴He) est 4 fois plus importante que celle du deuton (hydrogène lourd ²H) car il a 4 liaisons neutron-proton au lieu d'une dans le deuton. Il faut aussi tenir compte de la répulsion magnétique, qui n'est pas de 4 mais de 3/2. La répulsion étant relativement plus faible, on doit multplier 4 par 3/2, soit 6 MeV pour une valeur expérimentale de 7 MeV.

Diffusion dite "anormale" de Rutherford

Je viens d'obtenir une nouvelle preuve de la nature électromagnétque de l'énergie nucléaire. En effet, j'ai trouvé que la diffusion dite "anormale" de Rutherford était magnétique, de même que la diffusion "normale" de Rutherford est électrique. Dans une présentation log-log, on obtient une droite pour chacune des courbes. Le rapport de leurs pentes est en effet de 3 comme entre les lois de Coulomb, en 1/r, et de Poisson, en 1/r³:

Log

 

 

 

Pour plus de détails, voir ma présentation à Dubna, le centre nucléaire russe (http://isinn.jinr.ru/past-isinns/isinn-22/progr-27_05_2014/Schaeffer.pdf):