• Prix et pouvoir d'achat

On parle beaucoup de pouvoir d'achat mais qu'en est-il exactement? Mystère, les brillants économistes qui nous dirigent ne nous informent pas, sans doute parce qu'ils sont incompétents. C'est pourquoi, j'ai fait ces quelques comparaisons qui n'ont rien de statistique mais sont néanmoins significatives.

Entre 1970 et 2011, les prix sont devenus les mêmes en francs de 1970 et en euros de 2011, donc multipliés par 6, soit une inflation de l'ordre de 600 % !!!!!!! en une dizaine d'années ou 20 % par an. Ou bien je fais une erreur ou bien ce sont les statisticiens qui camouflent en additionnant les augmentations de prix au lieu de multiplier les prix, ce qui donne 20 % en tout, soit 2 % par an… tout à fait raisonnable mais faux:

Voyez les chiffres officiels dans Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_fran%C3%A7ais_des_prix_%C3%A0_la_consommation

et mes preuves:

Le prix d'un même pavillon est passé de 200.000 F à 200.000 €.
Le salaire d’un cadre moyen passe de 3.000 F à 3.000 €
La baguette de 250 g valait 0,6 F en 1970 pour 1 € actuellement, le kg de boeuf  10 F pour 5 € actuellement.
Le paquet de cigarettes est passé de 3 F à 6 euros donc pas vraîment plus que la baguette.

Je n'ai pas trouvé de chiffres en francs mais la viande de boeuf aurait baissé, en francs constants, de 20 % et celle de poulet de 50 %.

Le prix de l'essence a peu augmenté depuis 1970 (1,1 F pour 1,5 € actuellement). Le prix du transport en train est le même en francs de 1965 (50 francs Paris-Strasbourg) et en euros actuels. En 1970, une voiture (2 CV) coûtait 7.000 F ; une Logan coûte 7.500 €. En 1980, la 2CV coûtait de 12.000 à 19.000 F, le prix d'un microordinateur Apple sans écran ni disquettes. Maintenant, un microordinateur vaut 500 €.

D'après l'INSEE le pouvoir d’achat de la monnaie a été divisé par 6 (soit, pratiquement, de 1 F en 1970 à 1 € en 2007). Le SMIC mensuel est passé de 600 F à sa création à 1.300 € actuellement et, donc, multiplié par 12. Son pouvoir d’achat a donc été multiplié par 2.

D'après le coefficient d'érosion monétaire fiscal, dès sa création en 1999, l'euro valait moins que le nouveau franc en 1959 grâce à une inflation de 700% (division par 8 de la valeur du franc).. En fait l'INSEE ne connait pas ce mot. Il utilise le mot "Pouvoir d achat de l euro et du franc"  site:bercy.gouv.fr à faire sur Google. Sur le site INSEE c'est la croix et la bannière.

Le graphique de l'INSEE obtenu à partir des données numériques de leur fichier NATTEF08108.xls montre que les prix sont passés de 3 à 18, soit une multiplication par 6 entre 1970 et 2009.

Le prix d'un voyage en avion est le même entre 2001 et 2011 en monnaie courante, sauf qu'on est passé du franc à l'euro, soit une multiplication par 6.

Sans_titre

  • Logement
        Incroyable, le prix du logement a été multiplié par 100 en un demi-siècle alors que, dans le même temps, les prix à la consommation n'ont été multiplier que par 10:

immobilier_ancien_depsuis_1900

  • Bourse

Le CAC 40 est passé de 200 à 5.000 soit 25 fois plus.
Le NASDAQ est passé de 100 à 2.300, soit 23 fois plus.
Le cours de l’once d’or est passé de 40 $ à  1.300 $ (avec un pic à 1.600 $ en 1980) soit 30 fois plus.
Le lingot d’or (1 kg) est passé de 7.000 F à 30.000 € soit 3.000 fois plus ou 25 fois plus en monnaie constante. La Banque de France en possède 3.000 tonnes de valeur égale à la perte due à Kerviel ou encore à 1.000 € par Français.

Voici la courbe du CAC 40 de 1987 à 2007 avec l'amorce de la rechute, ce qui montre l'aveuglement du Figaro donc de nos dirigeants :

53367148

 

D'après France-inflation :

CAC

La crise a en réalité 10 ans. Au plus haut de l'année 2.000, le CAC 40 proche de 7.000, est maintenant divisé par 2,4. En tenant compte de l'inflation, pour revenir au niveau de 2000, il devra augmenter de presque 300% ! On peut prédire que, si cela arrive, c'est le signe de la prochaine crise. On remarque une possibilité de stabilisation un peu au-dessus de 3.000 car les oscillations semblent s'amortir. Après un redémarrage, "en fanfare" selon l'expression des médias alors qu'il ne s'agit que de volatilité, la rechute actuelle n'annonce rien de bon d'autant que le patron de la BNP, prévoyant sans doute une prochaine chute des cours, revend ses stock options le 23 août 2010, à la remontée des cours. Nos brillants économistes n'ont pas prévu la crise de la dette. Ils n'ont toujours pas compris puisque les banquiers (par exemple ceux de la Société générale) chantent toujours avec Baroin "tout va très bien Madame la Marquise"… sauf quand il faut taper sur un bouc émissaire comme Kerviel.

La valeur des produits financiers a été quadruplée et le pouvoir d’achat du SMIC, doublé. Les prix en 2008 sont les mêmes qu'en 1970, mais en euros.

  • Pétrole

Le prix de l'essence est plus difficile à évaluer à cause de ses énormes variations. Le prix du baril de pétrole est passé de 1,8 $ en 1970 à 150 $ (environ 1€ le litre) en 2008 soit une multiplication par 80 avec un minimum de 30 $ en 2009. Ci-dessous le prix du pétrole depuis 4 ans:

Sans_titre

On remarque le parallélisme avec le CAC 40 mais avec un retard d'un an. A la pompe, le litre d’essence est passé de 1 F à 1,5 €, soit 10 fois plus en monnaie courante. En revenant à 1 €, l'essence n'est pas plus chère qu'avant le premier "choc" pétrolier.  L'essence chère est un mythe. Plutôt que de créer des taxes et règlements divers avec des effets pervers comme l'effet d'aubaine pour la prime à la casse, il serait préférable d'augmenter la TIPP ou de créer l'impôt sur l'énergie (y compris l'électricité nucléaire, quitte à baisser la TVA). Cet impôt a été imaginé il y a un demi-siècle par Eugène Schueller,  le fondateur de l'Oréal, père de Liliane Bettencourt, ex première fortune de France.

Sur le long terme, en comparant aux salaires, le prix de l'essence a même baissé:

fnaut-prix-reel-un-litre-carburant

Ma voiture consomme pareil depuis des dizaines d'années, malgré les soi-disant progrès techniques. La consommation de la 2CV et de la Smart est identique (5 litres aux 100 km). Celle des 4X4 est triple. Maintenant, au lieu de nous donner la consommation d'essence, on nous donne la production de carbone… ce qui empêche de vérifier la consommation affichée par le constructeur. Ça s'appelle casser le thermomètre. Un avion gros porteur comme l'A380 consomme 3 litres de kérosène  au kilomètre par passager alors qu'une voiture consomme de 5 à 10 litres d'essence. Le train n'en consomme pas du tout et, pourtant son tarif kilométrique est comparable à celui des avions. Oui mais le train consomme de l'électricité, à près de 90% nucléaire, à partir d'une énergie fossile, l'uranium, épuisé en France et, bientôt, ailleurs.

Le coût du chauffage n'a pas changé lorsque j'ai changé mon pavillon datant d'avant le premier choc pétrolier pour un appartement moderne. Comme je suis chauffé par mes voisins du dessus et du dessous, je dépense moins d'énergie en appartement qu'en pavillon. Ma dépense est toutefois identique car l'électricité nucléaire est  30% plus chère que le gaz.

  • Long terme

Il est intéressant de voir l'évolution depuis le plus loin possible dans le temps. Certains graphiques remontent jusqu'au XVIIIe siècle mais leur fiabilité n'est pas certaine. L'indice le plus ancien connu est le Dow Jones:

Dow_Jones

Pour voir les temps anciens, l'échelle des ordonnées est logarithmique. On remarque la crise de 1929 et la double crise du XXIe siècle. Elles sont précédées par une hausse excessive suivie d'une chute brutale. Les prix suivent une courbe analogue:

S_P500_

La consommation d’énergie en 2006 en France (chiffres arrondis) s'est stabilisée à 300 millions de tonnes équivalent pétrole (dont 100 de pétrole et 100 de nucléaire) soit, par habitant, de 5 tonnes à comparer avec la production d'ordures ménagères, d'une demi-tonne par habitant et au poids d'un logement de 100 tonnes. A 1€ le litre, cela fait 5.000 € par habitant à comparer avec le revenu moyen imposable de 20.000 € . La civilisation de la consommation est surtout due à la consommation d’énergie qui multiplie la force des bras. Toutes les mesures ou mesurettes apparemment écologiques auront des effets néfastes ou en tous cas imprévus comme par exemple les carburants bio qui conduisent à la déforestation des forêts tropicales. La solution n'est pas pour demain car personne ne voudra réduire son train de vie et, de toutes façon on dépense toujours l'argent qu'on a ou celui des autres grâce aux crédits. L'épargne et les prêts ne sont qu'une dépense temporaire déléguée qui contribue autant que les autres à la consommation et à la pollution.

Bilan de la France

Sans_titre

On remarque que

  • la dette est de plus de 30.000 € par habitant soit plus que la consommation des ménages en une année.
  • les importations et exportations sont à peu près équilibrées
  • Le revenu moyen varie de 6.000 à 60.000 variant selon la tendance politique… Si on se base sur la consommation des ménages, il est de 20.000 euros par habitant. En divisant le PIB par le nombre d'habitants, on a 30.000 euros en accord avec le salaire net annuel moyen. En se basant sur un salaire brut, charges sociales comprises, de 20.000 euros on trouve 6 millions de fonctionnaires pour 5 millions officiels sans la sécu et les emplois contrôlés par l'Etat.
  • Produit Intérieur Brut (PIB)

Le Produit National Brut (peu différent du PIB) de la France est, en gros, de 2.000 milliards d’euros soit, en gros, 30.000 € par habitant et par an. Le revenu moyen avant impôt des ménages est de 35.000 € (10.000 € pour les 10% des ménages les plus modestes). Le patrimoine des français est de 10.000 milliards d'euros, soit 5 fois le PIB ou 150.000 € par habitant, le prix d'un petit pavillon.  Il y a aussi la dette, retranchée du patrimoine, de 2/3 du PIB, soit 25.000 € par habitant. L'endettement total, public et privé atteindrait ainsi 350% du PIB soit 100.000 € par habitant, les 2/3 du patrimoine. La dette pourrait donc être payée si la France vendait les 2/3 de son patrimoine à ses créanciers…

Le tableau ci-dessous donne les dépenses de personnel soit 120 milliards pour 6 millions de fonctionnaires et de contractuels, pour un salaire moyen brut de 20.000 euros par an, soit 10.000 € net. On ne sait pas si le personnel d'administration locale est inclus. Le budget de la sécu serait de 400 milliards, soit 7.000 € par français, avec un déficit de 30 Mds en 2010, n'y figure pas. L'impôt sur le revenu serait de 4,87 % d'après mon avis d'impôt alors que, quand on fait le rapport de l'impôt au revenu imposable, je trouve 6,6%. En fait c'est presque négligeable à côté des prélèvements obligatoires qui montent à plus de 40 %, ce qui veut dire que 40 % des Français sont payés par l'Etat.

Sans_titre

  • Les déficits

L'état : 200 milliards par an. La dette publique négociable est de 1 700 milliards € en 2011, soit 30.000 € par habitant. Le déficit annuel a atteint un record de 145 milliards soit 2.400 euros par habitant, 10% de la dette. En dix ans, la dette aura doublé si on ne tient pas compte des remboursements. Elle a été multipliée par 4, au moins, depuis 1970, en pourcentage du PIB. Les recettes de l'Etat, de 420 milliards (cf doc fournie avec le formulaire de déclaration d'impôts, signé E. Woerth) proviennent pour moitié de la TVA. Les principales dépenses concernent les collectivités locales, l'enseignement et la dette, soit la moitié. Par habitant, l'impôt total est de 7.000 € sans compter les contributions sociales.

Le déficit commercial annuel est de 75  milliards (tourisme inclus) soit 1.200 € par habitant , la moitié de celui de l'Etat. Chaque Français dépense 100€ de trop par mois en produits importés.

La sécu : 24 milliards en 2010 soit 300 € par tête de pipe. la dépense de protection sociale est passée de 20% à 30 % du PIB en 20 ans. Ce rythme ne peut continuer. 

Les retraites : 32 milliards soit 50% de plus que pour la sécu..

Les bilans moyens des particuliers et des sociétés semblent inconnus. Quelle est la proportion de dettes redevables à des Français et à des étrangers? D'ailleurs, qui prête de l'argent à l'Etat français? Les Chinois ?

  • Les retraites

Juste un mot. Personne ne veut travailler jusqu'à 62 ans au lieu de 60 mais lorsque j'ai commencé à travailler c'était 65 ans et on vivait moins longtemps. Si on veut partir à 60 ans il faut augmenter les cotisations puisqu'on vit plus lontemps. Pourquoi ne met-on pas les gens devant un choix : augmenter les cotisations, diminuer les prestations ou partir plus tard ? On ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre.

 Comment faire des économies?

Tout le monde veut toujours plus de moyens, pas un jour sans ces lamentations à la télé ou dans la presse. Il n'y en aura jamais assez même chez les riches. En les satisfaisant on va à la faillite. Prenons l'exemple des médecins; il n'y en aura jamais assez sauf s'ils se soignent entre eux mais alors qui les nourrira? Il faut donc faire des choix. Un commerçant qui ne vend rien ne gagne rien. Le revenu national c'est le montant des exportations, 500 milliards d'euros, soit environ 10.000€ par français, le double des recettes fiscales. Il reste au maximum (il manque sans doute d'autres déductions) 5.000€ pour les importations.

Plutôt que de laisser les banques nous revendre des assurances-vie avec bénéfice et sans aucune garantie, on doit pouvoir prêter directement à l'Etat via des bons du Trésor ou des emprunts des entreprises d'Etat. Peut-être avez-vous essayé de souscrire à un de ces emprunts comme le dernier en date, celui de Sarko qui a été raflé par les banques ne laissant que quelques miettes aux particuliers. Il faut donc, au moins dans une première phase, réserver aux particuliers les emprunts d'Etat.

Pour faire des économies, Il n'y a qu'une solution : supprimer tout ce qui n'est pas indispensable. Par exemple, dans l'enseignement on fait faire aux élèves des tas de choses amusantes, par exemple de la vidéo, mais on ne leur apprend pas les bases, écriture, orthographe et calcul. Les programmes doivent être allégés et réduits à ce qui est utile dans la vie. Il vaut mieux une tête bien faite qu'une tête bien pleine (Montaigne). On parle beaucoup mais où sont les résultats?. J'ai souvent remarqué que lorsqu'on pose une question embarrassante, le pédant répond par un mot savant pour cacher son ignorance et impressionner son interlocuteur. En conclusion, pour faire des économies dans l'enseignement il faut simplifier les programmes en éliminant les mots pédants par exemple dans les énoncés des problèmes que la plupart des élèves ne comprennent pas. On pourra ainsi raccourcir les horaires et consacrer plus de temps aux enfants défavorisés. Il ne servira à rien d'augmenter le nombre d'heures de travail des enseignants.

Certains riches ont proposé en août 2011 de payer plus d'impôts: on n'en entend plus parler. Aucun responsable ne les a pris au mot ni n'a évalué ce que cela pourrait rapporter à l'état, même pour une disposition temporaire.