A l'Anse Vata la Case Goro est Nickel:

Case Goro

Je viens, en novembre 2011, de faire un voyage en Nouvelle Calédonie où j'ai fait quelques photos à l'extérieur de l'usine Goro Nickel qui ne se visite pas, au contraire de celle de la Société Le Nickel à Thio. Voyez les projets de Goro Nickel ici

 BassinWarfWarf d'embarquement du nickelUsine Goro

 J'ai aussi appris que les chercheurs de l'université de Nouméa n'avaient pas le droit dire ce qu'ils avaient trouvé.

Le film présenté par France Ô le  jeudi 21 janvier 2010 à 20.35 est manifestement inspiré par Vale Inco. On n'a pratiquement pas vu le lagon sans doute parce qu'il est pollué.

En janvier 2010 à 20.35, j'ai vu l'émission de Thalassa sur la Nouvelle Calédonie où on apprend que le gouvernement français autorise une société Goro Nickel qui vient de changer tout à coup son nom en "Vale Inco Nouvelle Calédonie" à déverser des effluents toxiques, non pas dans la mer comme à la Hague mais dans le lagon. Or un lagon est pratiquement fermé, les déchets vont y rester et on aura bientôt un nouveau Minamata. Pour ceux qui ne le savent pas c'est une baie du Japon, même pas un lagon, qui a été empoisonnée par le mercure ce qui a provoqué des malformations horribles.

Or les déchets de l'usine de nickel contiendront de nombreux métaux lourds, entre autres du mercure, sans parler de l'acide sulfurique qui dissoudra les coraux. Goro ne donne pas le débit des rejets mais uniquement une partie de leur composition:

tableau_effluent

On remarque que le pH des effluents est de 7 au lieu de 8 dans le lagon, l'eau de mer étant légèrement basique. Bien que 7 soit le pH de l'eau pure, il est inférieur à celui du lagon. A la longue, cet acidité relative dissoudra le corail. La concentration des ions SO4 (acide) est de 16 g/litre, ce qui explique l'acidité des rejets. La salinité est du même orde de grandeur que celle de l'eau de mer où le sodium est remplacé par du magnésium. La concentration en mercure n'étant pas donnée, il y a lieu d'être inquiet.

L'autorisation de polluer le lagon est tellement monstrueuse qu'elle n'a pu être donnée qu'avec de gros pots de vin aux politiques et fonctionnaires responsables. Il serait important de connaître leurs noms et de vérifier leur train de vie. Les voisins du tuyau ont reçu quelques maigres compensations mais ils ne savent pas ce qui les attend. La compagnie a commis un abus de faiblesse.

Voici une image du site:

Sans_titre

Le tuyau débouche tout près de la côte, dans le lagon.

Le mot "lagon" n'existe pas chez Goro : "L’excédent d’eau sera rejeté en mer à travers un tuyau sous-marin, dans le Canal de la Havannah où les courants sont les plus forts ; la dispersion sera donc optimale à la sortie de l’émissaire."


2261_vue_aerienne_BIG

La mer est en réalité à une dizaine de kilomètres de la sortie, dans le lagon, de l'émissaire.

Ca commence bien!

La destruction des coraux et l'empoisonnement des poissons a commencé avant même l'achèvement du tuyau  voir l'article des Nouvelles calédoniennes du 3 avril "Pollution chimique à l’usine Vale Inco". Le pH a été mesuré à 2 au lieu de 8 bien au-dessous de 7, valeur donnée par Vale dans le tableau ci-dessus pour les effluents.

Cela fera bientôt dix ans que  cette usine pose problème. En 2004, "Une sourde colère gronde parmi les chefs d'entreprise locaux, qui avaient vu dans ce projet un nouvel eldorado". Voir aussi "Les « carences » patriotiques de Jean-Pierre HUGON : de YANACOCHA à GORO NICKEL"

que les problèmes de cette usine la zizanie chez les tenants de l'enrichissement du Caillou

Conclusions de l'étude d'impact

5. Conclusions finales et recommandations présentées le mardi 21 novembre 2006 dans la
salle du Congrès de Nouméa
Le rejet de manganèse dans un écosystème n’est pas anodin pour le milieu marin.
Nous ne recommandons pas d’autoriser le rejet d’un effluent contenant 100 mg/L de manganèse
dans le canal de la Havannah.
Sur la base de l’approche SSD (CICAD 2004), étendue à 5 autres espèces y compris le corail, et
des résultats sur le tétrodon, nous recommandons d’adopter une concentration seuil maximum de
10 μg/L pour protéger l’écosystème du lagon sud de la Nouvelle Calédonie.
Sur la base de ces études écotoxicologiques et de la modélisation, nous recommandons de ne
pas autoriser une concentration de manganèse dans l’effluent supérieure à 10 mg/L.
Il n’y a pas de risque avéré lié à la prise de nourriture lorsqu’on mange des poissons, des
crustacés ou des mollusques provenant d’une eau de mer enrichie en manganèse.
Nous encourageons la mise en place de l'unité de traitement SO2/air dont l’étude de faisabilité a
été réalisée par INCO.
Nous insistons sur l’importance de l’analyse et la surveillance des concentrations de Cr, Mn et
Co en sortie d'effluent d’usine.
Nous encourageons la surveillance de points de contrôle fixes dans le lagon avec une valeur
maximale admissible de 10 μg/L pour le manganèse.
Nous insistons sur l’importance de la localisation et du suivi des zones de sédimentation dans le
lagon sud.
Nous recommandons l’utilisation d’animaux du lagon comme bio-capteurs ou bio-révélateurs de
la qualité de l’eau, en complément d’analyses d’eaux et de sédiments régulières.
Nous approuvons totalement la création d'un observatoire de l'environnement avec informations
en ligne sur un site web.
Nous recommandons une maîtrise maximum de l'érosion, sur l'emprise du site, et des dépôts en
mer de latérites.
Nous insistons sur le besoin d'avoir une vision globale de la gestion des déchets et nous
recommandons une expertise sur l'impact du dépôt des rejets solides à terre.

Commentaire:

Le rejet de manganèse figurant sur le tableau ci-dessus par Goro Nickel, de 0,5mg/l pour une valeur de 10µg/l préconisé par l'étude d'impact c'est-à-dire 50 fois supérieur!

La possible attaque du corail par les acides n'est pas abordée.

Pour en savoir plus:

  • L'université de Nouvelle Calédonie

Faire, dans Google, pollution goro site:univ-nc.nc: il n'y a  pratiquement rien. Mais en enlevant le mot pollution, on a plein de choses : voir ci-dessous, ce qui prouve la collusion de l'université et de Goro.

DU Métallurgie et Génie industriel : M. NATUREL indique que le financeur sera Goro-Nickel. Adoptés à l’unanimité.

Du col de l'antenne, vous aurez un point de vue sur le site de Goro Nickel : La base vie, l'usine et la mine à ciel ouvert.

Visite du site de Goro Nickel

Un autre projet financé par la société minière Goro-nickel vient d’être signé et démarrera début 2007 ; Ce projet comporte une étude des bactéries intervenant dans la libération et la transformation de Cr et Co dans les résidus provenant de l’extraction chimique du nickel.

Le mot pollution n'apparait nulle part, en ce qui concerne Goro Nickel. Ce n'est pas un souci pour l'université de Nouvelle Calédonie. On y trouve néanmoins :

un projet "Adaptation des plantes au Nickel", une publication avec seulement un résumé en anglais " Les récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie en 2006 : état des lieux et réseau de suivi."

un article "Coral Reefs and Ocean Acidification. Briefing Paper 5, International Society for Reef Studies, 9 pp’Coral reefs and ocean acidification". Si l'acidification due au réchauffement est un souci, que doit être celle due à Goro?

Wantiez L. (2008). Les récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie en 2006 : état des lieux et réseau de suivi. Revue d’Ecologie Terre et Vie, 63 : 117-132.(toujours en anglais, pour en éviter la lecture par les indiscrets. C'est aussi la technique utilisée par les nucléocrates de l'IRSN).

Voir aussi

De même que les Nouvelles Calédoniennes qui minimisent systématiquement les méfaits de Goro en parlant par exemple de "pollution organique éventuelle" ou de "vraie fausse pollution". La fuite d'acide a eu un "Impact aigu, mais réversible".

et Codef Sud qui prétend que "Vale Inco Nouvelle-Calédonie a bien étudié les risques technologiques majeurs de l'usine de Goro" dans un document manifestement fourni par Goro soi-même.

On attend la suite… Voyez la page sur mon voyage en Calédonie.