Affaire Kerviel

C'est un scandale: on se demande si ses juges ne sont pas à la solde des banques. Ils ont certes le droit de le licencier sans indemnisation: c'est tout. Il semble que c'est arrivé à un de ses supérieurs à qui on n'a demandé aucun remboursement. Kerviel a certes fait des erreurs mais qu'on fait ses supérieurs chargés de le guider?

En fait, ce sont les prud'hommes qui doivent décider. Je n'en ai jamais entendu parler dans cette affaire. Peut-être  que Kerviel a été mal conseillé par son avocat. En tous cas les prud'hommes, étant compsés à partie égale de patrons et d'employés, ne vont pas s'opposer à leur employeur…

Ce serait sans doute une nouveauté du droit que de faire payer l'erreur du patron par son employé, ce qui, dans le cas présent, est impossible étant donné le montant réclamé.

Kerviel est un bouc émissaire. point à la ligne

La Société Générale

Non seulement ils sont nuls, mais ils sont incapables comme Daniel Bouton ex pdg de la Société Générale et ex haut fonctionnaire. Incapable de contrôler son personnel: voir l'affaire Kerviel et son chef Cordelle qui n'a rien vu, donc mal fait son travail. D'ailleurs, comment se fait-il qu'un employé de la banque ne soit pas limité dans ses prises de risque au contraire d''un particulier ? On a le droit de licencier un employé qui a fait une erreur mais c'est tout. Il n'y a pas de délit puisqu'il n'a rien volé. On est en droit de se demander si ses juges ne sont pas sous influence. Son chef  Cordelle n'a été que licencié. On pourrait ainsi remonter la hiérarchie et virer le pdg, ce qui est arrivé en 2009 un an après la perte de 50 milliards d'euros, soit 50 fois le capital de la SG, le double de son chiffre d'affaires!
Il se dit lui-même incapable de "détecter, parmi les 790 millions de chèques que la SG traite chaque année un certain nombre de chèques volés ou encaissés par des tiers via certaines banques étrangères". Lors de cette affaire du blanchîment via Israel, Bouton avait été mis en examen mais n'a pas démissionné comme l'aurait fait un homme politique. Pourtant, il a été blanchi, sans doute par des blanchisseurs…

Bouton se moque du monde; il n'était pas tout seul, il a du personnel pour ça (100.000 employés, ce qui fait quelques dizaines de chèques par jour et par employé). Les signatures des chèques ne sont pas vérifiées. Il ne savait pas diriger son personnel.

Et ça continue selon l'AFP:
WASHINGTON (AFP) — La Réserve fédérale américaine a annoncé mardi avoir adressé un rappel à l'ordre à la banque française Société Générale à cause de ses "déficiences" en matière de blanchiment d'argent via les Bahamas où la SG possède une filiale "mondialement reconnue". Chaque fois qu'on voit le mot "Trust" il s'agit de fraude. Par exemple la firme d'armement Manurhin avait une filiale au Lichtenstein du nom de Mancar Trust. Le courrier était envoyé au Lichtenstein sous double enveloppe avec comme date "Vaduz, den …".

Avant de partir Bouton va encore se sucrer; voir l'article de libé "A la Société générale, les stock-options ne font pas la grève". Aux dernières nouvelles, lui et ses copains y auraient renoncé.

Maintenant, c'est sa retraite qui est dans le collimateur. L'ennui, c'est que la retraite est généralement de l'ordre de la moitié du salaire. S'il gagne 2 millions, on ne peut lui interdire d'avoir une retraite de 1 million.

Quelques arnaques

Les banques nous tannent constamment pour acheter des produits dérivés mirobolants comme Bénéfic de La Poste, devenue depuis "Banque postale", qui s'est cassé la figure il y a quelques années. Ce sont justement ces produits dérivés, en fait des arnaques, qui ont provoqué la crise. Les banquiers n'ont rien compris puisqu'ils continuent à se moquer du monde en faisant une publicité malhonnête pour le livret A sachant pertinemment que son rendement allait être divisé par deux. La plupart des gens croient ce que les "conseillers" leurs racontent. En fait ils n'agissent que dans l'intérêt et sur ordre de leurs supérieurs. Ceux qui n'y croient pas osent rarement résister. Je refuse systématiquement toutes les propositions et rendez-vous: on me laisse maintenant tranquille. On ne me propose plus de jouer au golf ou de déjeuner avec le directeur…

On a tous reçu récemment un soi-disant "récapitulatif des frais bancaires" ou "récapitulatif des frais sur produits et services bancaires", incomplet. Par exemple les droits de garde n'y apparaissent pas. Pourtant, d'après le gouvernement, " les Français peuvent désormais savoir exactement combien leur coûte leur banque". On se moque du monde.

J'avais commencé à calculer mes plus-values sur l'année 2008 car elles n'apparaissaient pas sur mon relevé fiscal comme les années précédentes. C'était parce que j'avais arrêté Synopsis dont les relevés sont difficilement exploitables, n'ont aucun intérêt si on utilise Internet et ne me servaient que de papier brouillon. Comme mon calcul était incertain, j'e suis allé voir mon agence bancaire qui m'a donné les chiffres des ±values par copie d'écran. Cela prouve bien qu'il n'est pas utile de payer pour cela. Mais ils ont quand même essayé de me refiler le service des plus-values. En fait, je n'avais que des titres achetés à la SG. Si vous avez des titres achetés après un transfert, il se peut que cela soit différent. On a tout de même réussi à me faire croire que je devais adhérer à un service dont je n'ai pas compris le nom et j'ai reçu de nouveau des relevés trimestriels de type Synopsis , dénommés "Situation fiscale de votre porte-feuille titres" qui comprend, actuellement, uniquement des plus-values latentes ce qui n'a aucun intérêt pour le fisc qui demande les ±values au 31 décembre. C'était payant selon l'agence ou gratuit selon le service téléphonique…

D'autres banques comme le CIC vous fournissent les déclarations sans qu'il soit nécessaire de les réclamer. A la prochaîne occasion je transfèrerai mes fonds ailleurs. Un conseil: vendez tout vos titres et d'effectuez le transfert par chèque pour éviter que votre ancienne banque ne fasse traîner en longueur.

Publicité piégée

On a proposé, il y a peu, des prêts sur 50 ans sans apport personnel et probalement sans la limite de 25 % du revenu autrefois en vigueur mais à taux variable. Il s'agit là d'abus de faiblesse, les gens ne se rendant pas compte des conséquences qu'on leur cache, bien évidemment.

Les cartes de fidélité et les bons de réduction

Il n'y a pas que les banques qui sont en cause. On connait les cartes de soi-disant fidélité avec des soi-disant réductions (en fait sur certains produits uniquement, dont le prix a été gonflé ou la qualité réduite) et prêts à taux usuraire de près de 20 %. Par exemple les opticiens ou même certains vendeurs de voitures comme on l'a vu récemment qui vendent soi-disant deux produits pour le prix d'un. Faites l'essai d'acheter une paire de lunettes puis demandez la seconde paire, vous verrez! En fait le premier produit est beaucoup plus cher.

Ce doit être une bonne affaire pour les grandes surfaces à en juger d'après le temps perdu aux caisses pour vérifier et classer les bons de réduction. Les réductions ne s'appliquant pas à tous les produits, il est vraisemblable que, soit qu'il s'agit de produits de moindre qualité soit de prix préalablement majorés. Les cartes de crédit spécifiques sont conçues pour pousser à la consommation et à endetter les gens qui ne se rendent pas compte des risques (les banquiers non plus d'ailleurs).

Personne ne peut durablement vivre au-dessus de ses moyens.

La crise

La rénion du G20 a accouché d'une souris: on va créer une liste noire… qui existe déjà. On ne parle déjà plus de balayer devant sa porte… Les fraudeurs devront aller voir leur inspecteur des impôts pour déclarer leurs revenus à l'étranger et payer les impôts non payés ainsi que les pénalités (sur combien d'années?). Il n'y aura pas d'amnistie fiscale dixit Eric Woerth.

Conseils de placement

D'abord ne vous laissez pas influencer par votre banque. Les conseillers financiers travaillent dans leur propre intérêt, pas dans le vôtre.

N'achetez pas de produits défiscalisés à part le plan d'épargne en actions que les banques ne peuvent truander. Les assurances-vie, SICAV ou autres produits dérivés peuvent contenir n'importe quoi comme des Madoff, des subprimes ou autres montages complexes que même les banquiers ne comprennent pas.

Les obligations peuvent paraître plus sûres mais là encore, il y a des arnaques. Par exemple on ne précise pas si le taux est fixe ou variable. Il peut donc s'écrouler d'un jour à l'autre en entraînant le cours de l'obligation. On peut à la rigueur acheter des obligations d'état. Même le livret A peut être une arnaque comme on l'a vu quand les banques ont fait une grosse campagne de publicité juste avant que son taux d'intérêt soit divisé par 2. Le placement le plus sûr est encore en liquide sur un compte courant. Il y a aussi les bons de caisse d'une durée de quelques mois, assez peu connus.

Le meilleur placement, sur le long terme uniquement, sont les actions. Mais attention, ne placer que des sommes dont on n'a pas besoin dans l'immédiat. De plus diversifier ses achats; comme dit le proverbe "ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier".  Ne suivez ni les conseils de la presse ni ceux de vos amis (faites plutôt l'inverse, car cela fait monter ou baisser les cours. N'achetez que des sociétés que vous connaissez comme sérieuses.

Si vous avez décidé d'acheter des actions, faites-le en direct via Internet, les frais sont moindres et vous n'êtes pas influencés par votre banquier. Evitez le règlement en titres des revenus: cela rend votre gestion opaque et complique vos déclaration d'impôts. Les cours peuvent paraître avantageux mais il se peut que cela soit du à une baisse artificielle par un vente d'actions ad hoc. La Société Générale vient de publier une liste, sur trois pages, de fonds de placement qui sont refilés à une autre société. Il n'y a pas d'explication mais il s'agit sans doute des subprimes et/ou des paradis fiscaux. Heureusement je ne possède plus depuis longtemps de ces produits dérivés incontrôlables. Je préfère les actions en direct.